jeudi, mars 20, 2008

Quelques nouvelles

Bonjour tout le monde.

Comme vous l'avez constaté, "chroniques de Beyoglu" est en sommeil, pour diverses raisons. En premier lieu un ras le bol persistant dû à des débats délirants en commentaire, sur des sujets sans aucun lien avec l'article commenté. L'impression de me battre contre des moulins, et surtout de ne pas bien savoir pourquoi puisque je ne suis pas Turc, pas Kurde, et que je ne vis plus en Turquie. Histoire de ne pas me pourrir la vie avec un sujet certes intéressant, mais assez peu gratifiant, je préfère changer d'horizons!

Tout va bien pour moi, j'ai totalement décroché de l'actualité turque et ça va, je n'ai pas les mains qui tremblent, je ne perds pas mes cheveux, la vie continue.

Je me suis lancé dans un blog à quatre mains avec un camarade de promo et glob trotter, dont vous pouvez découvrir le blog de voyages ici.

Notre nouveau blog visera à parler des "conflits oubliés", guerres gelées, fronts figés, républiques auto-proclamées et autres "terres grises" de ce bas monde.

Je vous encourage à lire le premier article, posté par mon camarade sur son sujet de prédilections, les Karens, qui valent bien les Kurdes dans la catégorie minorité têtue et déchirée.

Qui m'aime me suive donc, pour "CHRONIQUES DES TERRES GRISES"




4 commentaires:

Cyaxares_died a dit…

on est content d'avoir de tes nouvelles (je dis 'on' parce que je parle certainement pour d'autres gens aussi)

niko a dit…

Je te lirai avec plaisir sur ce nouveau blog, bien qu'il me reste encore pas mal avec "chroniques de Beyoglu".
Bonne continuation
et merci pour ton commentaire sur mon blog... ; )

Anonyme a dit…

Je trouve l'initiative du blog particulièrement intéressante et je le trouve tout à fait réussi. Je vous souhaite une très bonne continuation et au plaisir de vous lire...:D

Kece kurdan, qui préfere poster le commentaire sur ce site plutôt...

Tom a dit…

merci :) n'hésite pas à commenter sur le nouveau blog aussi, je suis curieux de connaître tes opinions "non-partisanes" au final!