vendredi, mai 19, 2006

Ils ne savent plus quoi inventer...

Le Kongra-Gel a lancé une grande campagne "j'accepte Abdullah Öcalan comme ma volonté politique au Kurdistan" en faisant signer cette pétition au Kurdistan et en Europe. Après "sa santé est notre santé", voila "son cerveau est notre cerveau" ou "Apo pense pour moi"...le pire c'est que cette dernière phrase je l'ai déja entendue...

Personnellement le coup du cerveau ca m'inquiéterait légèrement, depuis le temps qu'il répète qu'il a des écoulements dans la tête à cause de ses conditions de détention qu'elles sont inhumaines (pardon que "aucun être humain n'a jamais été soumis à des conditions si rude" (sic))...

Voici quand meme les chiffres donné par le Kongra-Gel...

Le nombre des premières signatures s'élève à plus de 3 millions:

Kurdistan Nord : 1. 947. 600
Kurdistan Sud : 500.605
Kurdistan Est : 327.000
Kurdistan Sud-Est : 326.000
Diaspora : 135.078

Mais bon je vois pas l'intérêt, Öcalan est déja le président démocratiquement auto désigné (BASKAN) du Kongra-Gel et du PKK, le "REHBER" (Führer, pardon, guide) autoproclamé des Kurdes...pourquoi diable chercher la légitimité référendaire? Serait-il pris d'un doute affreux?




vendredi, mai 12, 2006

Rions un peu avec l'ONU


La liste des nouveaux membres du comité des droits de l'homme de l'ONU a de quoi faire doucement rigoler, comme dirait le petit Nicolas.

Cuba, Russie, Chine, Arabie Saoudite, Pakistan ont rejoint la nouvelle commission, distinguée dans le passé par le fait qu'elle était présidée par la Lybie. Notons que d'autres membres n'ont pas été réelus! Soudan, Népal, Erithrée, Syrie !

Amusons nous, et proposons nos candidats pour d'autres commissions:

Droit des minorités linguistiqes: France, Turquie

Droit des femmes: Afghanistan, Iran

Lutte pour la gastronomie et contre l'obésité: Grande Bretagne, Etats Unis

Propagation de la joie dans le monde: Hongrie

Développement des énergies renouvelables: Arabie Saoudite, Ukraine, Kazakhstan

Lutte contre les pandémies mondiales: Chine, Afrique du Sud, Vatican

Lutte contre la "traite des blanches": Albanie, Allemagne

Lutte contre la corruption : Guinée Equatoriale, Kurdistan Irakien, Autorité Palestinienne, France.

Défense de la convention de Genève de 1951 sur les réfugiés: France, Italie

Oui ca fait beaucoup de fois France, mais je compte bientot lancer le grand jeu-concours : quelle convention nationale de défense des droits de l'homme la France n'a-t-elle PAS violé en 2005 avec en cadeau une détention provisoire de 5 ans sans procès à 5 dans une cellule de 6m².

jeudi, mai 11, 2006

Echanges et partenariats

Si vous avez vaguement suivi, je suis en Hongrie depuis le mois de Janvier avant de bientôt (malheureusement) rentrer en France dans moins de deux semaines...

Une petite idée de mon activité hors-blog en Hongrie (bah oui quand même) sur le site du programme echanges et partenariats qui m'envoie, et ici pour les articles des volontaires partis dans d'autres pays!

J'étais en visite hier au camp de réfugié de Bicske, pas bien loin de Budapest...


mercredi, mai 10, 2006

Passage à tabac d'un étudiant kurde par les loups gris...



Officiellement lancées pour "protéger" le peuple Kurde et "punir" la Turquie, les attaques aveugles des TAK (faucons de la libération du Kurdistan) commencent à porter leurs fruits: les ratonnades commencent à Istanbul...

A la suite de l'appréhension par la police de 5 suspects en possession de 7,5 kg d'explosif, un groupe de nationalistes turcs a effectué une "descente" sur une groupe d'étudiants Kurde près d'ITU, Istanbul Teknik Universitesi.

La vidéo sur Istanbul Indy Media est disponible sur le site d'indimedya Istanbul. Je ne comprends pas bien dans quels circonstances elle a été prise, mais les images sont sans équivoque...le style (Costumes noirs,10 contre 1, coups de pieds sur un homme à terre) est définitivement celui des loups gris, probablement celui du BBP, parti qui a fait secession du MHP pour protester contre son discour trop modéré, et se signale régulièrement par ses actions coups de poing (comme l'attaque contre les conférences Kurdes et Arméniennes, contre l'exposition sur les émeutes de 1955, contre les célébrations orthodoxes, etc etc) On reconnaît la le grand courage des héros défenseurs des valeurs de la Turquie.

L'intervention de la police les met en fuite, même si les policiers ne semblent pas prendre la poursuite très à coeur...je ne comprends pas grand chose vu la qualité du son, juste que les policiers disent à la fin "mais c'est qui celui la?" et "un étranger?" et semblent protéger la victime...tout comme deux ou trois hommes dans la foule qui interviennent pour empêcher les agresseurs de s'acharner dessus "il faut les séparer" "mais quelle honte"...

Bref la nouvelle stratégie héroïque d'anarchie généralisée dans le but de faire remonter le sentiment anti-kurde est un succès indiscutable.

Je vous raconte la suite? Emeutes organisées pour protester contre cette agression par les fascistes turcs, répression, peut être morts, contre émeute..vesaire, vesaire (etc etc)...

mardi, mai 09, 2006

La stratégie de l'autruche

THE NEW ANATOLIAN, deuxième journal anglophone de Turquie avec le très médiocre Turkish Daily News a le mérite de s'intéresser de près aux problématiques kurdes en appelant un chat un chat, et en ouvrant ses colonnes à des opinions très diversifiées. La ligne principale est toutefois une position pragmatique visant à reconnaître les problèmes que l'Etat turc nie depuis des décennies, et ce dans l'intérêt de la Turquie.

Ilnur Cevik, que je ne voyais pas comme spécialement progressiste, dans son billet du 9 mai 2006 résume parfaitement l'absurdité des relations entre la Turquie et le Kurdistan Irakien: la diplomatie turque "enterre sa tête dans le sable", et refuse de voir que la communauté internationale considère déja la quasi indépendance du Kurdistan Sud comme un fait accompli: lors de la cérémonie du nouveau gouvernement "unifié" (l'unification pour les duettistes que sont le PDK et l'UPK, c'est 32 ministres, soit 16 ministres + 16 vice ministres de l'autre parti) de Nesirwan Barzani, étaient présents les envoyés de la France, la Grande Bretagne, la Chine, l'Inde, la Russie (qui va ouvrir un consulat à Erbil!!!), les Etats Unis, les Nations-unies...et un envoyé de l'Iran, pourtant théoriquement opposé à un Kurdistan indépendant.

L'ambassadeur turc à Bagdad lui boudait, et aucun autre envoyé turc n'était présent. Cette attitude surprend, d'autant que les contacts entre la Turquie et le Kurdistan étaient, malgré quelques effets de manches obligatoires à Ankara, plutot cordiaux. Visite du chef du MIT (services secrets) à Erbil, visite de Barzani à Ankara...Sans compter les milliards d'insvestissements turcs au Kurdistan, il n'est que de passer la frontière et de compter les panneaux publicitaires et les usines turques le long de l'autoroute entre Zakho et Duhok.

Ilnur Cevik écarte d'autorité le sempiternel arguement Turkmène, en rappellant que plusieurs ministres Turkmènes ont été nommés dans le nouveau gouvernement Kurde, notamment Vedat Arslan, ex chef des fascos du Türkmen Cephesi (front turkmène), nommé ministre de l'industrie.

L'autisme diplomatique actuel de la Turquie est confirmé par des rapports de plus en plus tendu avec l'Union Européenne qui ne poussent vraiment pas à l'optimisme béat....le rappel des ambassadeurs turcs au Canada et en France pour "consultation" au sujet de récentes déclaration concernant le Génocide Arménien rappelle les plus belles heures des années 90: le fossile Bülent Ecevit avait remisé sa voiture française au garage pour protester contre la reconnaissance du Génocide Arménien par le parlement (une connerie mais bon). Sa voiture japonaise de remplacement était tombé en panne, le forçant à finir à pied...

jeudi, mai 04, 2006

L'analyse de Sükrü Gülmüş sur l'évolution du PKK

Dans un article commun (en turc) avec Sidki Zilan, apparamment basé à Diyarbakir, le dissident du PKK Sükrü Gülmüş en exil en Allemagne s'élève une nouvelle fois contre le PKK qu'il accuse de trahir le peuple kurde.


Sükrü Gülmüş a rejoint la mouvance d’Ocalan dès 1977 avant même la fondation du PKK (novembre 1978) et il a dirigé en 1979 un des premiers “groupes de propagande armée” du PKK, avant le début de la lutte armée proprement dite. Arrêté en février 1980, condamné à mort, il a passé 11 ans dans la prison de Diyarbakir avant d’être libéré en très mauvaise santé (il souffrait d’une hépatite grave qui a nécessité une greffe du foie). (source : "révélations sur le système Öcalan", Chris Kutschera, 2000)

Une phrase forte qui démontre que non, "tous les Kurdes" ne sont pas derrière Öcalan Je ne veux pas vivre dans un Kurdistan Indépendant placé sous l'autorité du PKK et de son leader en qui on ne peut avoir confiance.




Gülmüs sait de quoi il parle, forcé de faire son autocritique à sa libération au bout de 11 années de prisons. Il affirme “Le système d’autocritique du PKK est un véritable viol de l’être humain”, “Si on a été violé une fois, il est très difficile de se remettre debout”.



Cet article renvoie dos à dos "L'Etat profond" et le PKK, accusés d'entretenir des intérêts communs. "Le PKK a une alliance avec l'Etat profond", "le but est de livrer le peuple turc à l'Etat profond et le peuple kurde au PKK et à son leader" (soit mon analyse depuis que je m'intéresse à la question kurde, ca fait plaisir parfois...). D'après les auteurs, un autre but commun du PKK et de l'Etat Profond est d'affaiblir le Kurdistan Irakien. "A ce sujet, le PKK et l'Etat Profond sont alliés". "Ils préparent le terrain pour une offensive militaire à la frontière". "c'est un processus conscient".



Bref une dénonciation de la stratégie du PKK de la part d'un opposant historique et d'un journaliste vivant au Kurdistan dans la lignée de mes derniers articles.


Erkan Mumcu (ANAVATAN) et les moustiques

Si avec ça la Turquie n'est pas accusée d'employer des armes chimiques contre la guérilla, je ne comprends plus rien.


Le président de l'ANAVATAN Parti (parti de la mère patrie), Erkan Mumcu se trouve dans une situation légèrement tendue. Ce parti comptait 22 députés au parlement turc, tous transfuges de l'AKP entre 2003 et aujourd'hui, Mumcu le premier. Mais l'Anavatan vient d'enregistrer une démission avec le départ d'Emin Sirin, qui avait quitté déjà quitté l'AKP en 2003. Celui-ci, connu pour ses positions nationalistes, reproche à Mumcu d'avoir utilisé le terme de "guérilla" pour désigner les actions du PKK. C'est très mal, le seul vocable attribuable au PKK depuis 1984, c'est "terroriste", et on ne plaisante pas avec ca.

La justification embrouillée d'Erkan Mumcu est très plaisante. Dans la plus grande tradition turque, il se lance dans une métaphore filée savoureuse..

Si nous n'avons pas réussi à éliminer ce problème lors de 30 dernières années, nous devons trouver où nous avons fait une erreur. On ne peut se débarasser de la Malaria en tuant les moustiques. Le séparatisme n'est il pas la plus grave des maladies? Ce qu'il faut faire c'est se débarasser de la malaria en asséchant les marais. La nouvelle loi anti-terreur préconise de tuer les moustiques en utilisant du Sheltox (un pesticide apparemment). Mais le Sheltox ne tue pas les moustiques, il se contente de les anesthésier. Donc, les marais vont continuer à produire des moustiques.

Suite à ces digressions entomologistes, Mumcu a préconisé un ultimatum contre l'Irak, rappellant celui donné à la Syrie en 1998, contribuant à l'expulsion (sans rancune) d'Abdullah Öcalan par le régime Baathiste et aboutissant à sa capture 5 mois plus tard.

Moralité il ne faut pas espérer grand chose des partis laïques turcs... dans le genre très con, ils n'ont rien à envier à l'AKP, au contraire.

Accordons tout de même à M Mumcu le mérite d'avoir fait changer le vieux logo tout moche de l'Anavatan.



Le Vieux (1983)

Le Nouveau (2005)

Au nom du bon gout (relatif), merci.

The Return of the tueur de bébés

Si vous faites un tour sur quelques sites turcs nationalistes (ou sites de l'immigration turque), vous verrez que la principale ligne de défense contre les revendications kurdes est la dénonciation du PKK (et donc des Kurdes dans leur esprit) comme "tueur de bébés". Il y a les gentils kurdes, assimilés et turcophones, et les méchants kurde qui tuent les bébés et font rien qu'à vouloir prendre un bout de la Turquie. Ces assertations sont souvent appuyées par moult photos sanguinolantes de nourrissons mutilés.

L'aspect rigolo de ce étalage de barbaque, c'est que ces photos (que je m'abstiendrai de reproduire) sont utilisées dans les sites PKK pour prouver les exactions de l'armée turque. Comme quoi mourrir pour rien à 6 mois permet tout de même d'accéder à une postérité internationale.

La nouvelles stratégie made-in-Kandil (la base du PKK au Kurdistan Sud), c'est de donner raison à l'adversaire. Ca commence par tenter de prouver que les Kurdes sont rien que des barbares qui veulent mettre le pays à feu et à sang (pour l'opinion turque), des méchants terroristes qui ne rêvent que de carnage dans les lieux touristiques (pour l'opinion internationale), et un facteur d'instabilité pour la région (embuscade contre l'armée iranienne, infiltration en Turquie), et ce pour ruiner tous les efforts dipomatiques des dirigeants du Kurdistan Sud en faisant masser à ses frontières les deux plus grandes armées de la région qui n'en demandaient pas tant! Cette semaine en effet se sont succédées les rumeurs d'invasion de l'armeé turque à Zakho et Amidya (fausses bien entendues, ca me ferait mal) diffusées par le journal Zaman, et les attaques bien réelles des troupes iraniennes à la poursuite du faux nez du PKK en Iran, le PJAK.

Pour en revenir au tuage de bébés, la dernière dépèche qui nous parvient du "sud-est anatolien", fait état de l'attaque d'un convoi militaire près d'Hakkari. Le problème c'est que le véhicule militaire escortait un bus d'écoliers (des enfants de soldats d'après associated press), ce qui est moyennement classe. L'autre problème c'est que ce ne sont pas les enfants des militaires turcs qui ont été blessés (ce qui est peut être justifiable dans la mentalité PKK actuelle), mais des enfants jouant sur le bord de la route, et sans vouloir faire ma mauvaise langue, à Hakkari, à priori, ce sont des Kurdes...Au total 8 militaires et 11 enfants ont été blessés...


mardi, mai 02, 2006

PKK: Haro sur le DTP

Décidemment ca barde! Les appels à la paix du DTP et du maire de Diyarbakir Osman Baydemir (photo) n'ont été que modéremment appréciés par le commandement militaire du PKK.


Alors que l'armée turque lance des opérations contre notre peuple, demander la paix signifierait l'anhiliation. Dans les circonstances actuelles, ni le KONRA GEL ni sa branche armée (HPG) (forces d'auto défense du peuple) ne demandent la paix. Demander la paix signifie accepter la défaite. Nous avons demandé au peuple d'intensifier la résistance. De ce fait, si quelqu'un, que ce soit un parti politique (donc le DTP) ou un individu (donc Osman Baydemir) demande l'arrêt de la résistance, notre peuple ne devrait pas l'écouter. A ce sujet, vous devriez suivre les conseils du HPG.

De manière assez surprenante, on se retrouve dans la configuration des rapports entre le HADEP de Murat Bozlak et le PKK aux environs de 1996...Soit un mouvement politique Kurde qui tente de se démarquer voir s'oppose au PKK, et un PKK jusqu'au boutiste et la bave aux lèvres qui lance l'anathème sur tout ce qui dépasse et tente d'émettre des réserves sur un stratégie appelant les jeunes kurdes à établir des cellules de résistance armée dans "chaque village, ville, quartier, district et métropole." "Quand il y a une opération militaire, ces cellules doivent tuer les forces de sécurité. Dans les circonstances actuelles, ce type de structure est une obligation et un devoir immédiat." Il faudrait également selon ce communiqué "viser les cibles civiles, les destinations touristiques, les usines". "Vous pouvez viser la police, les soldats, les bureaucrates qui défendent les opérations militaires, les bureaux de l'AKP et du CHP au Kurdistan, et les partis qui haïssent le peuple kurde"..

Détail amusant: les partis kurdes en faveur de la paix devraient la fermer, les partis turcs en faveur de la guerre doivent être attaqués !

L'innovation de ce communiqué, qui ne fait en fait que confirmer une stratégie apparente depuis le début de l'année 2006, c'est l'appel à l'insurrection spontanée, à l'action individuelle avec des moyens artisanaux: objectif affiché: le chaos total.


Pourquoi une telle tactique? Parce que les jeunes ne rejoignent plus la guérilla. Gageons que le bruit à du courir: lavage de cerveau, conditions de vie extrêmes, sous équipement voire sous-nutrition dans les montagnes, combat inégal contre des forces turques suréquipées...procès et purges internes, interdiction de garder des liens avec sa famille, etc etc sans compter la désaffection progressive envers le PKK depuis la trahison d'Öcalan en 1999.

L'insurrection urbaine peut donc séduire les franges désespérées des jeunes kurdes déracinés dans les métropoles du Kurdistan et de l'Ouest de la Turquie. Une attitude nihiliste, sans le moindre espoir de "vaincre l'ennemi" malgré ce que peut brailler le "HPG"... mais qui aura le mérite d'attirer une répression aveugle et un récul général de la timide démocratisation en cours en Turquie.

Revenons d'ailleurs au détonateur officiel des émeutes urbaines qui ont secoué le Kurdistan et la Turquie: la mort de 14 guerrileros du PKK dont l'enterrement a dégénéré en émeutes à Diyarbakir. Selim Curukkaya, dissident du PKK a sa petite théorie la dessus: "on ne peut même pas cacher un oeuf sur le terrain où ont été tués ces 14 militants: Les chefs du PKK ont envoyé intentionellement ces militants à un endroit ou ils devaient être tués. Ils voulaient mobiliser les masses dans une manifestation violente"

D'après le New Anatolian, des sources militaires affirment avoir été surprises d'avoir trouvé les 14 militants regroupés dans une grotte...

Moralité, plus mes théories s'avèrent exactes, plus je déprime.

Pour en revenir au DTP, une purge est à craindre...Une chose me rassure celà-dit: j'avais été très surpris de la nomination d'Osman Baydemir comme candidat du DEHAP aux municipales de Diyarbakir, le bonhomme ayant un passé de défenseur des droits de l'homme et de modéré qui ne le plaçait pas vraiment dans l'orbite du PKK. Son attitude récente prouve que le pari du PKK de le contrôler était risqué, et il risque de faire les frais de ses vélléités d'indépendance, comme Murat Bozlak en son temps.... Provocation relevée par le New Anatolian : Baydemir est parti en visite à Washington le 15 février, jour officiel de deuil pour l'arrestation d'Abdullah Öcalan en 1999...Et on ne peut pas vraiment dire qu'il puisse compter sur le soutient du gouvernement: Erdogan en visite a refusé de lui serrer la main, et la plupart des maires DTP sont au mieux ignorés au pire harcelés par les autorités...