jeudi, mai 31, 2007

Ca se complique

Il faut que je m'y remette. Comment suivre ce Dallas du Moyen-Orient que constitue l'intervention turque au Kurdistan Irakien, souvent annoncée, jamais réalisée? Oui, on sait, la Turquie est à bout de patience, mais elle n'en a jamais eu. Oui, on sait, les troupes se massent à la frontière, mais d'un autre côté elles le font depuis mars 2003. CNN Türk avait même annoncé que les troupes turques marchaient sur Kirkuk au lendemain de l'invasion américaine le 21 mars 2003. Sympa l'ambiance au Newroz de Diyarbakir. Oui, on sait, la Turquie n'acceptera jamais tel franchissement de ligne jaune, tel dépassement de ligne rouge, mais au final est bien impuissante à obtenir autre chose qu'un profond pouvoir de nuisance dans les affaires internes du Kurdistan Irakien.

L'attentat d'Ankara a été attribué avec empressement par l'armée au PKK. Le profil du Kamikaze (un ultra-gauchiste paumé même pas kurde) et les dénégations du PKK et même du TAK (qui revendique ses attentats d'habitude avec force communiqués vengeurs et farouches) laissent croire à une énième manipulation des barbouzes en folie, très pratique pour justifier une intervention. Cette invasion potentielle et injustifiable : Envahir un Etat souverain pour exterminer quelques centaines de guerrileros en shalwar armés d'AK-47? Il faudra qu'on m'explique comment la glorieuse armée turque pourrait occuper le Kurdistan Irakien contre sa population, son armée et l'opinion internationale, alors qu'elle est bien incapable d'empêcher le PKK de faire dérailler ses trains, attaquer ses convois et miner ses routes dans le "Sud-Est Anatolien".

Les Américains, qui ont déja assez de mal à gérer leur zone, ne veut pas qu'on vienne pourrir le "miracle" de "L'Irak nord". La violation de l'espace aérien turc par deux F16 U.S était un message très clair, qui a du en faire eructer plus d'un chez les képis.

Et la ça se complique: le train attaqué par le PKK à Genç (province de Bingöl) a révélé son contenu: planqué dans du matériel de construction, des armées en provenance d'Iran et en direction de la Syrie. Selon diverses sources: des armes légères, des lances roquettes et 300 roquettes. Les Iraniens nient toute implication, mais les ficelles sont un peu grosses. Et on se prend à rêver: le PKK aurait il agi sur information américaine, pour éviter un approvisionnement en armes par l'Iran du Hezbollah libanais? Si les U.S.A utilisent mainenant le PKK dans leur stratégie anti "Axe du Mal" sur le territoire turc, on a pas fini de rigoler.

6 commentaires:

Jacky a dit…

Précision nécessaire quand même :
HÖÇ [Hak ve Özgürlükler Çephesi - Front des Droits et des Libertés] qui est une plateforme d'associations, d'agences de presse et de groupes que l'on peut admettre être la gauche radicale en Turquie et dont on sait qu'ils sont proches du mouvement DHKC (non légal en Turquie voire déclaré "terroriste") a condamné avec la plus grande vigueur l'attentat d'Ankara et accuse les services de l'Etat qui ont déjà un passif lourd là-dedans.

En effet, la gauche radicale turque "ultra" ou pas n'a jamais tapé au hasard dans le peuple comme l'ont fait d'autres groupes tels que les TAK.

Tom a dit…

Ca Jacky c'est entièrement faux. Les groupuscules d'extreme gauche du type TIKKO DHKP-C ou TKPML sont spécialistes de bombes qui explosent la ou il ne faut pas, tuant le malheureux terroriste en herbe, parfois dans des toilettes de café. C'est arrivé souvent à Istanbul et Ankara

Ensuite je n'ai pas dit que c'était le cas pour celui d'Ankara, mais le kamikaze était dans ce genre de réseaux.

Jacky a dit…

C'est assez simple.

Concernant le DHKP/C, en juin 2004 à İstanbul, une de ses militantes transportant des explosifs dans un bus est morte ainsi que deux personnes voyageant à proximité à cause de la détonation accidentelle du dispositif.

Dans un communiqué, le DHKC reconnaît qu'il s'agissait bien d'une des ses militantes mais dément avoir voulu attenté à la vie d'innocents et que c'était la première fois que cela arrivait.

Le communiqué commence par ces mots : özür ve açıklama - excuse et explication, ce qui n'est pas banal comme en-tête.

Ils en prennent donc la responsabilité mais ne le revendiquent pas. C'est une nuance, mais les médias ne l'ont pas formulé de la sorte d'où le "terrorisme gratuit", agité bien avant par ailleurs.

Plus critiquable est sans doute l'assassinat (par balle et non par explosif) d'un magnat industriel et de deux de ses collaborateurs dans l'affaire Sabancı qui remonte déjà à 1996.

En revanche, le DHKP/C reconnaît s'en être pris ouvertement à des militaires, des bourreaux exerçant au sein des prisons, des politiciens, des gens ayant bcp de crimes à leur actif et qui sont protégés par le système de justice turque. Et avant lui, le Dev-Sol dont il provient. Ils forment l'énorme majorité, la quasi totalité des cibles du mouvement très certainement au-delà de 95%.

Cet élément est reconnu par la police turque et elle ne parle pas de plus de 400 morts en tout attribué à ce mouvement.

Voilà pour les faits.

Concernant les faits attribués aux maoïstes, c'est du même acabit. J'ajouterai qu'un mouvement de gauche qui tape gratuitement et au hasard dans le peuple, ce qui semble être la définition du terrorisme, serait discrédité illico. Ça me semble assez cohérent.

Je n'ai pas dit que tu l'avais dit pour le kamikaze d'Ankara.
"Ce genre de réseau", ça laisse planer un doute. Personne ne semble le connaître à gauche (sauf, après vérification, un groupuscule méconnu qui parle l'avoir connu il y a 11 ans), on a dit aussi par ailleurs que c'était un proche du PKK, qui à son tour dément...
Orgün Samast, ses amis bozkurt ont reconnu dirctement le connaître dans les jours précédents.

Maintenant, nous sommes d'accord, dans un monde parfait où un régime politique pareil n'existerait pas, tuer c'est pas bien.

Anonyme a dit…

Pour l’attentat d’Ankara on est tous d'accord que ce n'est pas le Pkk, ni une quelconque organisation gauchiste.
Le seul pouvant profiter de cette situation, était l'armée...notamment les durs de l’armée qui ne veulent pas entendre parler un jour d’une entité kurde officielle reconnue par la communauté internationale…
Maintenant depuis cet attentat elle a le total soutien de sa population (autant des laïcs que des "islamistes modérés") pour mener librement sa politique « guerrière dans l’est du pays »

Enfin, maintenant j’ai l’impression que ca va être de la surenchère de menace à la« façon turque », pour pousser les américains à donner une promesse contre une éventuelle indépendance kurde dans le futur.

Mais le problème c’est que les américains sont aussi partagés sur cette question d’indépendance.
Le lobby juif et arménien sont pour, mais certains aux congrès soutenant depuis tjrs la turqiue ne sont pas de cet avis…
Toutefois, les Israéliens n’ont jamais étaient aussi proches du PDK de Barzani, car ils pensent qu’avec une indépendance dans le nord de l’Irak, le projet du pipeline du Kurdistan à Haifa pourrait se concrétiser (projet de 1960, mais que Saddam s’était tjrs opposé…) , et que les kurdes indo-européens (donc non arabes) seront de bons alliés faces aux autres pays du moyen orient.

Et oui, les Israéliens ne veulent plus être aussi le seul pays à être diabolisé par tous ses voisins au Moyen Orient.
Ils veulent aussi et surtout que les caméras d’une actualité « chaude » se déplacent sur un autre pays qu’Israël, pour pouvoir peut-être enfin respirer.
Les kurdes devront être vigilants, car non-expérimentés à une telle politique perverse.
Car avoir un Kurdistan indépendant qui ressemble à Israël qui vit en crainte régulière d’attentas sur son sol, n’est pas cet exemple de Kurdistan que les kurdes recherchent !

Jacky a dit…

Une dernière info concernant le DHKC, la face politique cette fois, de loin son activité la plus importante et non la lutte armée qui retient souvent l'attention mais qui est en diminution depuis les débuts du Dev-Sol.

Il y a une projection au cinéma Nova (équipes de production indépendantes) ce soir, 20h "Résister n'est pas un crime" Rue de l'Arenberg, 3 1000 Bruxelles.

Très loin des clichés sur la "propagande" des groupes "extrêmistes" d'ultra-gauchistes qui versent corps et âmes dans la violence, on y voit des gens normaux qui dénoncent la torture en Turquie et qui se débattent avec une justice inique et partisane en Belgique, acquise aux thèses antiterroristes turques.

Un film de Marie-France Collard, Jérôme Laffont et Foued Bellali.

anne a dit…

Enfin Tom, tu sors de ta léthargie.

petite précision sans grande importance : C'était surtout juste avant l'invasion US que les troupes turques "partaient pour Kirkouk". Et c'était déjà les grandes manoeuvres.


Quant à l'opinion publique turque, même si on peut lui faire confiance pour avoir envie d'en découdre avec le "nouvel ennemi public" Kurde irakien (Barzani = Apo sur toutes les chaines de TV en avril dernier!), ça m'étonnerait qu'ils ne soient pas nombreux à se poser quelques questions sur cet attentat dont l'auteur est quand même trop parfait..ils connaissent quand même leur police et doivent se douter qu' un type avec un tel pedigree devait certainement être hyper fliqué.

Dans les rangs de l'AKP entre autre, on n'apprécie pas forcément ce qui ressemble à une politique "de la tension".

Une attaque contre les bases du PKK qui ne serait pas conjointe avec l'Iran, je ne vois pas à quoi ça rimerait. Sauf évidemment à mettre une botte au Kurdistan en attendant que les US se désengagent du moins en partie du Kurdistan, (reste à voir si c'est dans leur projet!) Mais ensuite le chemin jusqu'à Kirkuk est long.

Mais d'ici là ça pourrait peut-être donner un autre ton à la campagne électorale..