jeudi, septembre 13, 2007

Bouts de ficelle


Sympas les Genç Siviller (jeunes civils)! Devant les assauts des forces du mal qui tentent de mettre à mal la sainte constitution militaire de 1982 (la seule la vraie celle sans laquelle la Turquie s'écroule), ils proposent tout simplement de la "réparer"

Pour fêter l'anniversaire du coup d'Etat du 12 septembre 1980 (si vous n'êtes pas encore allé dévorer les bulletins d'info-turk, nous n'avons rien à nous dire) ils organisaient un "atelier" sur la place de Galatasaray à Istanbul (istiklal caddesi).

Le but? Permettre aux passants de proposer leurs modifications et d'effacer les articles qui doivent être supprimés pour permettre une constitution civile et démocratique. On imagine le boulot...

2 commentaires:

rüya a dit…

A part faire des jeux de mots est ce que ces jeunes civils ont relevé que la nouvelle mouture met gravement en danger le principe de laicité ?

En effet, si la réforme est acceptée, quiconque aura le droit d'enseigner sa religion sans conditions.

Les Turcs n'ont pas à prendre exemple sur les européens pour définir le principe de laicité. Chez nous le principe de laicité signifie que l'Etat contrôle l'enseignement de la religion. Même en contrôlant à la virgule près, les prêches des imams, on se retrouve avec des milliers de confréries alors si on laisse les gens libres de faire ce qu'ils veulent, il va se passer quoi ?

Quand est ce que les jeunes civils et autres écervelés complexés par l'occident comprendront que nous n'avons pas à prendre exemple sur l'occident ?

Tom a dit…

"En effet, si la réforme est acceptée, quiconque aura le droit d'enseigner sa religion sans conditions. "

Donc pour vous la laïcité c'est: la religion majoritaire est enseignée à l'école, les autres religions sont un danger pour la laïcité.

Merci pour la précision.