dimanche, juin 11, 2006

Le dernier film de Yilmaz Güney: Duvar ("Le mur")

Tourné en 1983 en France, c'est donc le dernier film du réalisateur kurde de Turquie Yilmaz Güney, mort en septembre 1984 en exil. Il n'a pas eu le retentissement de "Yol" (la permission), palme d'or à Cannes en 1982, César du meilleur film étranger 1983.


Duvar décrit les conditions de vie dans un pénitencier turc à Ankara à l'automne 1981, 1 an après le coup d'Etat militaire du 12 septembre 1980 par Kenan Evren...celui qu'Alexandre Adler a récemment décrit comme un grand démocrate, ou quelque chose dans ce goût la...

Rien de spécialement "politique" ici: les personnages suivis sont des condamnés de droit commun, bien qu'on sache rarement pourquoi ils sont enfermés. Sans en faire des tonnes comme Midnight Express (où le héros est à tout prendre foncièrement antipathique), Duvar, tourné avec deux bouts de ficelle, choque bien plus, marque plus durablement...Il faut dire que Yilmaz Güney, enfermé 12 ans dans les prisons turques, et toujours en prison à l'époque ou "Yol" était tourné, sait de quoi il parle.

"Je n’ai pas voulu construire la copie conforme d’une prison donnée en Turquie. Il s’agissait plutôt d’une synthèse de toutes les prisons que j’ai connues. Il en a été de même de l’histoire. Bien que l’axe central en soit la révolte des enfants du dortoir 4 à la prison ouverte d’Ankara en 1976, les histoires individuelles parallèles proviennent de témoignages ou d’observations accumulées lors de mes séjours dans différents pénitenciers. (…) Cela a parfois été dur, voire douloureux, en tout cas sans complaisance. C’était la seule façon de rendre la réalité la plus sincère possible. (…) A nous de dire les réalités de la Turquie, pour faire en sorte qu’elles puissent enfin changer ; à eux d’interdire et d’emprisonner pour que rien ne change. Mais pour combien de temps encore ?… » (Yılmaz Güney)


Sadisme des gardiens (sauf "Ali Amca, qui tente de protéger "ses enfants" autant qu'il peut), sévices sexuels, délation, gangs, passages à tabac... Mutineries réprimées par l'armée, et mises en scène macabres (celle du mariage, mais je n'en dirai pas plus...)

Aucune note d'espoir, rien de positif dans ce film, un enfer morne dans le froid et la faim, où seule la révolte apparaît comme une solution de sortie, même si la fin du film semble montrer que cet espoir est vain...il reste que Yilmaz Güney parvient une nouvelle fois à faire ressortir la bonté humaine et ne peint pas un tableau monochrome de vicieux sadiques bestiaux comme c'est le cas dans Midnight Express..

Yilmaz Güney, enterré à Paris, sent toujours le souffre en Turquie, même si ses films circulent sans trop de problèmes...il peint pourtant la réalité de l'après coup d'Etat, la repression aveugle et la militarisation du pays, les pleins pouvoirs aux "petits chefs" hargneux etl'interdiction de toute contestation... un passé encore peu digéré sur lequel aucun droit d'inventaire n'a encore été fait... et la situation actuelle dans les prisons turques est peu susceptible d'avoir évolué.



2 commentaires:

Bosphore a dit…

J'ai vu pour la première fois ce film la semaine dernière et c'est vrai queMidnight Express à côté, c'est de la gnognotte. La prison ici est du'ne violence inouie, bcp plus réaliste que dans Midnight Express. Les scènes de torture sur les enfants sont totalement insoutenables...

poline bebon a dit…

mais vous êtes tous completement d'une débiliter à croire ce qui est tourner ce film pour salir la turquie tout comme midnight express regarder le reportage avec l'acteur qui a jouer dans le role principale de midnight express ont la forcer a jouer comme il est dans le film et lui avoir dit aux journaliste je ne voulais pas jouer ainsi car la turquie et un beau pays et sa salie l'image de la turquie et il à meme fait des excuses pour la turquie , saviez vous aussi que le film de Yilmaz guney , le mur , il tapais réelement les enfants pour qu'il pleure avec des vrais larmes tant que les scène n'était pas réussie il recommençaient et ces Yilmaz guney en personne qui tape les enfants et vous ausez dire que la vrai face des prisons et comme sa purée dans ces années la avais vous cherchez aussi à voir ce que la France et les conditions de détentions était en France dans les prisons françaises avant de salir un pays ou n'importe quel pays regarder la France avec sa colonisation et ces essaie nucléaire en afrique et le massacre des algériens en algérie le jour de l'armistice de la 2eme guerre mondiale les promesses faites pour l algeire na pas été tenue meme pire ils ont tuer 45 milles civils quand la France à été liberer des allemands .