lundi, juin 05, 2006

A l'Est rien de nouveau

Mes excuses pour cette absence prolongée, me voila de retour de Hongrie et en France pour quelques temps, avant ins allah et si le temps le permet de m'installer à Bruxelles...

A l'Est rien de nouveau donc. Enfin si, même si globalement la tendance reste la même...

Ce qui attire mon attention, au milieu de communiqués laconiques alimentant le décompte de PKK et de Soldats Turcs tués au Kurdistan Turc, c'est l'initiative osée voir suicidaire des ces trois Kurdes, dont deux (Ibrahim Guclu et Zeynel Abidin Ozalp) citoyens suédois, arrêtés au mois de Mai au Kurdistan Turc par les "özel tim", équipes spéciale "anti-terroristes". Ces trois activistes, connus pour leur dénonciation régulière de la violence du PKK avaient eu cette idée originale: marcher de Diyarbakir à Silopi, dernière ville occupée avant la frontière irakienne, puis passer la frontière au poste de Kara Habur (Ibrahim Qalil en Kurde). Ils ont débuté leur marche portant des vestes couvertes de slogans comme "N'entrez pas au Kurdistan Sud, vous allez énerver le Nord", "Le PKK n'est qu'un prétexte, la vraie cible est le peuple Kurde et le Kurdistan" ou encore"le Kurdsitan est le pays des Kurdes, soldats, rentrez ches vous!" et "Les Kurdes veulent se gouverner eux-mêmes"

On admire l'audace, même si l'issue ne faisait guère de doute. C'est du moins une aspiration au martyr qui n'implique pas de se faire sauter dans un marché.


Ibrahim Güçlü

Ils ont évidemment été arrêtés sans ménagement avant même le début de leur marche. L'inculpation de "propagande terroriste et collaboration avec une organisation criminelle" est un grand classique indémodable, et semble même connaître un regain de succès auprès des procureurs turcs. On admire l'ironie, puisque le même Ibrahim Güçlü avait fait l'objet en 2005 de menaces de mort du PKK, comme à vrai tout kurde assez "Cesur" (brave) pour ne pas comprendre que le peuple est unanimement derrière Apo, merde quoi, il faudra le répéter combien de fois. Il avait répondu à ces menaces du PKK dans le journal Hürriyet en Septembre 2005...Il était également signataire de la pétition "que veulent les Kurdes de Turquie" signée par des intellectuels et des hommes politiques Kurdes de Turquie et d'Europe, rendue célèbre par la signature puis le désistement de l'innénarable Leyla Zana.

On remarque le refus toujours flagrant des autorités turques pour différencier "Kurde" de "PKK" malgré les discours officiels: tout engagement pour la cause Kurde est séparatiste et terroriste, point final...et ca arrange qui tout ca??? LE PKK! On ne le répetera jamais assez...En tous cas ce n'est pas moi qui arrêterai!

Ils seront présentés la cour pénal n°4 de Diyarbakir le 8 juin...



2 commentaires:

Huanbo a dit…

Mais quelles étaient leurs motivations, puisqu'ils connaissaient l'issue de leur marche ?

Tom a dit…

Je pense que c'est la vocation au martyr commune à pas mal de kurdes...Ils savaient visiblement qu'ils allaient se faire arrêter et espéraient que la médiatisation du procès ferait avancer la cause Kurde...et pourquoi pas! La Turquie doit toujours un grand procès tribune aux kurdes, celui qu'Öcalan n'a pas voulu donner après son arrestation et ses plates excuses...