lundi, juin 06, 2005

Demenagement, Alevis et cholies Frauleins

Pas de nouvelles depuis quelques jours, ne vous en faites pas c'est bon signe! Je m'excuse d'avance pour l'absence d'accents aigus, circonflexes et autre graves, le clavier turc en etant totalement depourvu.

En vrac Vendredi du boulot, et une bonne soiree a Galata. L'appart d'Ansel, mon futur boss pour mon deuxieme stage est parait il "peu pratique a vivre" mais a pour lui une double terrasse sur le toit: premiere terrasse vue sur la corne d'or, Topkapı, Sainte Sophie, etc etc, illumines dans la nuit Stanbouliote: Deuxieme terrasse vue sur le Bosphore et la rive asiatique. On ne se plaint pas. Je revois la plupart de mes connaissances, Srdan le croate, Linda la croato-australienne, Ekin le Turc, et beaucoup d'autres.

Samedi essentiellement consacre au demenagement a Cihangir apres un çay börek avec mon amie Merve: enfim un chez moi! Premiere tentative de duo flute violon avec Corey, assez infructueux. Suivant la charmante colloc allemande Katherine et sa non moins charmante colloc autrichienne Uli, nous allons deux rues plus loin voir Turquie-Grece (Yunanistan) chez des Turcs. Match mediocre mais bonne ambiance. Mon turc progresse gentiment meme si je suis effare par le niveau qu'ont acquis les Allemandes (enfin chermaniques) en quelques mois. Corey a l'air de tomber de la lune, ce qui s'aggrave quand un Tcherkesse charitable tente de lui faire la conversation en anglais (?).

Dimanche, c'est decide, je suis inactif. Grasse mat', puis calage devant mon ordi, bien decide a ne pas decoller de Hearts of İron II, dernier opus de Paradox, editeur de jeu qui a bien du me bouffer 6 mois de ma jeunesse en cumule. L'arrivee de Katherine suivie d'une autre charmante allemande (mais merde ils les reservent pour l'exportation? jamais vu ca en Allemagne moi!) Judith et d'un jeune turc Aytekin (surnom High tech) met fin a ma guerre d'Espagne.

J'accroche tout de suite avec Aytekin: Musicien, danseur pour le groupe Kardeş Türküler, il scotche sur ma MP3teque et nous nous lancons dans une conversation probablement obscure pour les profanes. Rencontrer un turc amateur de musique armenienne et qui ne sort pas son sabre en entendant du Şivan Perwer (chanteur kurde un peu engage sur les bords et longtemps interdit par les autorites....et le PKK!) m'intrigue au plus au point. Mystere resolu autour d'une biere a Örtaköy (dysneyland sur Bosphore): il me parle de son memlekket (pays) au sud de Trabzon et de la liberte qui regne dans son village, visiblement peu porte sur la bigoterie. Je lui demande en rigolant si il y une mosquee: meme pas! J'ai ete un peu lent a la comprenette, mais le jeune homme est simplement Alevi, ce qu'il confirme, ravi que je connaisse!

L'Alevisme est une religion specifiquement turque, censement musulmane mais pas sunnie, adorant Ali, mais pas Chiite, depourvue de Mosquee, İmam et autres tracasseries: le culte, a base de musique et de meditation se passe dans une "Cem Evi", et les specialistes y voient un syncrethisme de rites pre islamiques, de christiannisme et de chiisme. Ouf. En Turquie ils sont peu visibles et engloutis dans les stats officielles: 98% de Sunnites. Sporadiquement persecutes, ils se sont accomodes de la laicite kemaliste et votent massivement CHP. Ils fournissent egalement le gros des cadres des partis d'extreme gauche. L'alevisme ne s'associe pas vraiment a un peuple: il y a des Turcs alevis, et des Kurdes Alevis qui forment une categorie a part. Aytekin lui est turc matine de Tzigane, et donc triplement musicien!

1 commentaire:

Luc a dit…

Mais oui les Allemandes sont belles!! depuis le temps que je te le répète!!

Mais il faut pisser assis...c'est une emmerdante contrepartie