vendredi, janvier 19, 2007

colère


J'ai pleuré en découvrant l'assassinat de Hrank Dink.
C'est la Turquie que j'aime qu'on tente d'assassiner en frappant un de ses hommes libres. Ceux qui ont le courage de refuser de se taire mais refusent aussi la voie de la haine.
Ma colère est immense contre la bêtise de tous ceux qui appelaient à la haine et contre la bêtise bien pensante et la lâcheté des députés français. C'est la Bêtise qui tenu la main haineuse qui a tiré.

Anne

3 commentaires:

saturnidae a dit…

La bêtise seule aurait été plus innocente. Mais elle est conjugué à bien d'autres fins.
La face lumineuse de la Turquie est en deuil et s'habille de noirs aujourd'hui qu'une des voix les plus humaines s'est fait taire par cet ignoble assassinat.
Nous avons tous crié: "nous sommes tous Hrant Dink, nous sommes tous arméniens."
Voilà ce qui est étonnant dans cette Turquie structurellement mue parla peur de l'autre et par les peurs propagées à dessein pour la faire durer.
Je suis devant cette photo où l'on voit une des chaussures trouées de Dink, un combattant de liberté qui par son humilité et simplicité nous fait encore plus mal au coeur, un vaillant pigeon ou plutôt une colombe de liberté qui arpentait les rues d'istanbul avec des semelles trouées.
Ugur Mumcu écrivait en 1975 : "Vurulduk ey halkim, unutma bizi."
nous avons été abattus, ô mon peuple, ne nous oublie pas.
Nous avons déjà gravé en notre mémoire lourde et chagrinée de tous ces meurtres "faili meçhul" (acteur non-identifié) mais nous ne cesserons de reconnaître derrière chaque massacre le coupable et nous le désignerons du doigt.
Hrant Dink disait: "nous les arméniens, nous avons tous mis un oeil -'nous désirons' selon l'expression turque- sur ces terres turques, non point pour les conquérir mais pour venir y mourir et pour y être enterré au plus profond."
Hélas, il n'a pas pu voir que des milliers de compatriotes se révoltaient face à cette injustice poignante que fur son abattement.
Son rêve, il n'a pas pu le voir se réaliser de son vivant, mais nous assurerons, en risquant nos vies dans ce terrier de loups fauves pour le faire perdurer.il n'a certes pas été ciblé seulement parce qu'il était arménien mais surtout parce qu'il était un intellectuel de gauche et un démocrate d'origine arménienne. il avait ce double péché.
oui nous sommes tous arméniens, nous sommes tous hrant dink et notre colère transforme les pigeons que nous sommes en des oiseaux rapaces.

Tom a dit…

merci pour ce commentaire :)

anne a dit…

Je vous remercie aussi de ce commentaire. Par le mot bêtise, j'entends bien celle de la Bête, brutale, mauvaise et crétine, et la bêtise ordinaire qui préfère la caresser.