mardi, janvier 23, 2007

Le très compromis Monsieur Petit

Si la police annonce ne pas encore avoir trouvé d'origine politique au meurtre de Hrant Dink, les théories s'ébauchent librement dans la presse turque.



Inutile de s'arrêter sur celles de partis comme le BBP, qui voient dans le meutre de Hrant Dink une "provocation arménienne", examinons plutôt les pistes qui mènent au général à la retraite Veli Küçük (petit).



Le commanditaire direct du meutre est, selon se propre aveu,Yasin Hayal, proche du MHP et de groupes islamistes, entraîné en Azerbaïjan. Il a avoué sans remords avoir fourni le revolver et 200 YTL (120 euros) à Ogun Samsat, l'assassin. Selon lui il avait d'abord ordonné à un certain Zeynel Abidin Yavuz de tuer le journaliste, mais celui-ci avait refusé. Yasin Hayal semble avoir endoctriné un petit groupe de jeunes dans la haine des "traîtres à la nation" et l'idée qu'il fallait les "punir".



L'avocat de Hrant Dink avait rappelé le jour de sa mort qu'il avait été menacé directement par un général de la gendarmerie à la retraite, Veli Küçuk. Celui-ci semble avoir des fréquentations douteuses, puisqu'il a été photographié avec Alparslan Arslan, avocat nationaliste et islamiste qui avait tué un juge et blessé quatre autres en mai dernier au conseil d'Etat à Ankara. Interrogé à l'époque, Veli Küçük avait affirmé ne pas connaître le meutrier, ce qu'une photo publiée récemment et prise lors d'un congrès Azeri à Stockholm semble contredire!



Selon l'agence Firat (pro-pkk) qui a publié la photo, Küçük aurait de plus pris part à l'organisation de réseaux azeris spécialisés dans le meutre d'arméniens, et l'entraînement de commandos MHP en Azerbaïjan. Evidemment, tout ça peut sonner un peu "Metal Firtina", mais rappellons que le PKK est supposé bien connaître le sujet, lui qui observait un statut-quo avec les loups gris au Nakitchevan, plaque tournante du trafic d'héroïne, et y connait un rayon en assassinat politique.



Si on ajoute que le nom de Küçük est souvent revenu dans l'enquête sur le scandale de Susurluk en 1996, on voit de quel genre de personnage il s'agit.















1 commentaire:

Vincent a dit…

Plus j'en entends parler plus l'Azerbaidjan m'a l'air d'être un pays sympa. Quelqu'un y est déja allé ?