lundi, janvier 08, 2007

Turcs sans le savoir

Le couple infernal de la politique française se retrouve plus ou moins dans une hostilité à la Turquie guidée par les sondages. Et pourtant, que de points communs entre Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et les hommes politiques Turcs!



Que dit en substance Nicolas Sarkozy aux immigrés? "La France, soit tu l'aimes, soit tu la quittes". On apprécie le dessin de Charb mettant en scène Sarko montrant du doigt la sortie à une petite fille Africaine "Tu l'aimes la France? Eh ben tu vas la quitter quand même".



Un observateur dilettante de la vie politique turque ou même un simple badaud stanbouliote un tant soit peu turcophone aura noté la similitude troublante avec le slogan favori des boeufs des très respectables MHP ou du BBP, joyeux louveteaux défenseurs de l'identité turque, la vraie, sunnite et issue en droite ligne des Sibériens des origines: TÜRKIYE, YA SEV YA TERKET. La Turquie, soit tu l'aimes, soit tu dégages... "Tu" étant Kurde, Alevi, de gauche, Grec, Arménien, Juif, Assyrien, etc...



On croyait Ségolène à l'abri du telle faute de goût, elle qui s'abstient religieusement d'avoir une opinion sur quelque sujet que ce soit. Son slogan "L'Ordre Juste" peut sonner un peu vichyste, un peu second empire, mais à tout prendre ne mange pas de pain. Mais un esprit aux aguets de l'équipe de Turquie Européenne a trouvé son précédent turc (ce qui confortera les partisans de la théorie de la "langue du soleil" pour lesquels tout est issu du turc et des Turcs).



Que était le slogan du parti Refah (prospérité) de Necmettin Erbakan dans les années 90? (parti chassé du pouvoir en 1997 par le dernier coup d'Etat militaire en date?)



ADIL DÜZEN! Ce qui veut dire... Ordre Juste.



On attend avec impatience les prochains mots d'ordre subtils concoctés par les autres candidats à la présidentielle, en espérant qu'ils aient, comme les deux favoris, la bonne idée l'aller piocher dans le fond certainement inépuisable des bons mots de la bonne cinquantaine de partis turcs actuels!





10 commentaires:

Maurice a dit…

Intéressante votre colère du lundi matin Tom, si, si …
Sur la question turque, l’écurie présidentielle française court au trot sur un terrain plat dans un village gaulois tout en se croyant concourir pour le prix d’Amérique et cela donne les résultats minables vous mentionnez.
Il se trouve que le système français – la nomenklatura française- a sélectionné deux candidats de droite pour les prochaines présidentielles, l’un des candidats est miné par l’Elysée, l’autre est patronné par la gauche et cela donne des représentations du cirque Ségolène et Nicolas.
Sur la Turquie, ils disent la même chose en des termes distincts : pas question d’admettre la Turquie au club des 27 maintenant, mais possibilité de lui octroyer des mesures compensatoires conséquentes et conditionnées aux réformes économiques, politiques, sociales et culturelles, dans les quinze ans à venir.

Dans l’enjeu des présidentielles françaises, la Turquie n’est même pas la cinquième roue du carrosse, elle est à la queue des préoccupations « des Bofs » de l’Hexagone.
Istanbul ne vaut pas une messe !

Tom a dit…

En colère moi? Je suis au contraire fort réjoui de ce parallélisme :)

Maurice, vous pimentez de plus en plus votre vocabulaire de termes religieux, vous m'inquiétez...

Anonyme a dit…

En rappelant que Erbakan était le fondateur du courant islamiste turc dur et anti-occidental !

Il y a d'autres anecdotes croustillantes : Le Pen et ce même Erbakan faisant une partie de kayik sur le Bosphore en 1997 ou 1998 !
Qu'est-ce qu'on rigole !!
François

Anonyme a dit…

Tom écrit :
»Maurice, vous pimentez de plus en plus votre vocabulaire de termes religieux, vous m'inquiétez... »


Dans les contes de Perrault qui sont à leur manière des contes des milles et une nuits, ne dit-on pas :
-"Ma mère-grand que vous avez de grands bras !"
-" C'est pour mieux t'embrasser ma fille."
-" Ma mère-grand que vous avez de grandes jambes !"
-" C'est pour mieux courir mon enfant."
-" Ma mère-grand que vous avez de grandes oreilles !"
-" C'est pour mieux écouter mon enfant."
-" Ma mère-grand que vous avez de grands yeux !"
-" C'est pour mieux voir mon enfant."
-" Ma mère-grand que vous avez de grandes dents !"
-" C'est pour te manger."
Et en disant ces mots, le méchant loup se jeta sur le petit chaperon rouge, et la mangea.

Maurice a dit…

François, on pourrait rappeler que Le Pen est un breton et catholique (ce qui ne peut faire les affaires de Tom mais nul n’est parfait) nationaliste et jacobin jusqu’au trognon, par conséquent il a tout pour plaire et séduire des gens du même acabit que lui, en l’occurrence des nationalistes, religieux qui défendent les mêmes options, les mêmes idéaux, les mêmes horreurs nauséabondes.

Ps, j’ai oublié de signer le message précédent des contes de Perrault !

Ismail a dit…

Petite rectification :
"Refah" exprime plus le sens de "prosperité", "abondance", "bien-etre" (au sens matériel).

Ce parti a été dissous et a reconstruits sous différents noms. Le nom actuel est "saadet" qui signifie littéralement "bonheur" ... d'ou peut-etre la mini confusion ?

Tom a dit…

Les Bretons se vengent comme ils peuvent en offrant Le Pen à la France, tout en en s'efforçant d'être la région dans laquelle il fait le pire score (concurrence déloyale du Limousin rouge!) à chaque élection.

Tom a dit…

Merde Ismail, tu as raison, j'ai confondu avec Saadet

boulette

Maurice a dit…

Tom ce n’est pas fini de s’en prendre au parti des 80.000 fusillés ? au parti d’Eluard de Louis Aragon et de Jean Ferrat ? D’accord c’est aussi le parti de Maurice Thorez et de Maxime Gremtz ce qui n’arrange en rien nos affaires, mais quand même, les maquisards et la Sécu, c’est qui, hein, ce sont les communistes !!!
Je me dois de rendre à César ce qui appartient à César, la Bretagne a fait un don à la France en l’auguste personne de Le Pen, qui s’est très bien défendu de père en fils pour la libération de la France, il lui faut reconnaître cette qualité chevaleresque et ce courage que peu d’hommes ont aujourd’hui.

anne a dit…

Un peu jeune Le Pen pour avoir été un grand résistant (15 ou 16 ans je crois à la fin de la guerre)
Et son score est plus fort dans bien des cantons alsaciens ou dans certains quartiers de Marseille ou de Lille, qu'à La Trinité sur Mer!!
De breton, il n'a gardé que son nom. Faites en plus, si ça vous amuse -même si c'est stupide- mais les résistants allez les chercher là où ils étaient, à l'ïle de Sein, par exemple.