vendredi, août 19, 2005

Hassankeyf (suite) 11/08/2005

La nuit a été moite malgré un ventilateur bruyant qui brassait courageusement l'air brulant de la chambre. Arpès avoir retourné le village poue trouver un petit déjeuner, nous partons pour la cité antique sumero-byzantino-seldjouko-bref qui surplombe le village. Avec 3 litres d'eau dans le sac, l'ascension est pénible.les marches de pierres polies et chauffées à blanc sont franchement casse gueule. Prix d'entrée modique, 1 YTL. A peine arrivés, la pire scène de YASAK (interdit!) jamais subie en Turquie commence: 2 étudiantes, bénévoles sur le chantier archéologique (à la pelleteuse...) se mettent en tête de nous interdire l'accès aux 3/4 du site. Elles invoquent le risque d'accident, le secret défense, la nécessité de REDESCENDRE demander l'autorisation du "hoca" professeur responsable. Et non on ne peut pas le joindre au téléphone, il doit voir nos tête pour prendre une décision en son âme et conscience. Interdiction de prendre des hauteurs le türbe Selcuk et les fouilles environnantes. Interdiction de prendre en photo la petite mosquée qui se trouve à 10 mètres de la. Le fait d'être envoyé par le maire n'y change rien: c'est la "responsabilité du ministère de la culture". Tous ces "yasaks" sont accompagnés de plates excuses, de "vous savez nous c'est pas nous qu'on décide hein". La pire est une Kurde de Silvan, patrie de Leyla Zana. Je sais pas ce qu'il y a à Silvan, peut être un truc dans l'eau, ou bien des radiations qui rendent les filles de la bas particulièrement stupides, têtues et de mauaise fois. Il m'arrive rarement d'être méprisant et cassant en Turquie, mais le flot d'insultes produit par Roxane m'interdit de toutes façons de prétendre être aimable. Après nous avoir tenu la grappe pendant une demie heure, sans être capable de donner la moindre info historique, les pots de colles l'ache l'affaire quand ils comprennent que nous avons la ferme intention d'aller au bout du plateau en plein soleil. Ils partent vaincus en prétendant que le reste du site est "pareil"(!!!!!!!) et qu'il y a des chiens et des scorpions (un voeu pieux probablement).
Le silence qui succède à leur départ est délicieux. La ville antique ne l'est pas moins: elle a été détruite par les mongols, mais il reste des traces de mosquées, bains, cimetières intacts, desallées, des dizaines de maisons. Je suis chargé de faire le cabri à la recherche de vues ou de détails à photographier. Plus on progresse, plus les tessons de poteries s'amoncellent, les plus beaux couverts de "glacis" vert, émeraude, turquois...impossible d'en ramener bien sur, mais le gachis archéologique est phénoménal. Si la p...asse de Silvan nous avait mis en garde contre les chiens et le scorpions, elle avait oublié quelque chose. Après Batman la veille, la transition est facile, mais tomber sur une colonie de chauve souris au détour d'une grotte fait un sale effet. A elles plus qu'à moi probablement: il n'est jamais agréable de tomber sur un breton pas rasé dans un couloir sombre. Pour info, l'odeur de la crotte de chauve souris accumulée sur plusieurs siècles est une horreur.
Le retour est difficile et le manque d'eau se fait sentir. 45 minutes sans eau sous ce climat, c'est du suicide, et les gosses du café à l'entrée nous regardent effarés vider deux cocas et 1,5 litres d'eau en 10 secondes. Leurs tentatives de "hello-what-is-your-name-where-are-you-from" se heurtent à des grognements peu engageants...
Un orage de fin de monde éclate et retarde notre départ de deux bonnes heures....

2 commentaires:

Ismail a dit…

Pour Silvan c'est marrant, t'as visé en plein mille, c'est une réputation qu'ils ont dans tout l'est de la Turquie !!

Piling a dit…

En tous cas les keufs TURCS de Silvan sont très sympathiques (et bien bâtis, voir les blogs de l'ofk année 2002)...