jeudi, octobre 26, 2006

Le MP3 de la semaine

En raison de problèmes techniques indépendants de ma volonté, autant avouer qu'il est dur de trouver tous les jours un MP3 à publier! Patience, je récupère bientôt toute ma "mp3thèque"...

Aujourd'hui, un grand classique turc, qui malgré un fond résolument gauchiste est à peu près consensuel en Turquie (en tous cas je l'ai vu chanté à la TRT, donc bon). Yigdim Aslanim (mon brave lion) a été écrite et grandement popularisée par Zülfü Livaneli après la mort du révolutionnaire Deniz Gezmis, à la carrière aussi intense que brève, puisque après avoir fondé "l'armée populaire de libération de la Turquie" (THKO: Türkiye Halk Kurulus Örgütü) en 1970, il est arrêté en 1971, torturé, et exécuté le 6 mai 1972.

Il est considéré comme une icône par la gauche en Turquie, et le CHP, dont fait partie le chanteur Zülfü Livaneli, qu chante sur le morceau que je vous présente ici (vous voyez, c'est cohérent hein?), a présenté le 6 mai 2006 une loi pour la réhabilitation de Deniz Gezmis et de deux de ses camarades exécutés avec lui.


Le prénom "Deniz" (mer) a acquis une connotation "de gauche" bien marquée. Le TKP (parti communiste turc) avait pour coutume de choisir un deuxième prénom pour les enfants de ses militants, et les Deniz, masculins ou féminims, figuraient en très bonne place au palmarès. Vaut mieux ça que de s'appeller Alparslan. J'ai longtemps cru qu'une autre chanson de Zülfü Livaneli "Hosçakal Kardesim Deniz" (au revoir mon frère Deniz) était un autre hommage. Mea Culpa, c'est en fait un poème de Nazim Hikmet, "au revoir, mer, ma soeur". N'empêche, il doit y avoir un double sens.

Yigidim Aslanim donc, dont le refrain est "Yigdim Aslanim, burda yatiyor" (mon brave lion repose ici).


4 commentaires:

Reynald a dit…

Bonjour Thomas,

Je viens juste corriger une petite erreur dans ton article.

Ce très beau et très poignant poème a été écrit par Bedri Rahmi Eyüboglu en hommage à Nazim Hikmet. Zülfü n'a fait qu'en écrire la musique, ce qui n'est déjà pas si mal surtout qu'il a vraiment trouvé le ton exact.

Il est devenu une sorte d'hymne lors des manifestations qui ont eu lieu lors de la mort d'Ugur Mumcu en 1993 et des anniversaire de celle-ci tous les 24 décembre. C'était un grand journaliste qui dérangeait le derin devlet de l'époque qui l'a fait assassiner dans un attentat à la bombe. Eh oui, la même année que l'incendie de Sivas (2 juillet - Tansu Ciller tu nous manques! C'est de l'ironie bien sûr!) Avec Susurluk 4 novembre 1996 et le tremblement de terre de 1999 ce sont les évènements qui onr le plus ébranlé la confiance des turcs dans leur "état-papa" (devlet-baba).

Je te recommande l'interprétation de Sükriye Tutkun qui éclipse toutes les autres (album "Cigdem der ki") même celle de Zülfü lui même ainsi que celle de Leman Sam. Impossible de ne pas avoir une boule dans la gorge en entendant cette complainte déchirante.

Bonne continuation, je reste un fidèle lecteur!

Tom a dit…

Oui la version de Sukriye Tütün est en effet exceptionnelle...

J'ai entendu de source sure que Joan Baez l'avait chanté lors d'un concert à Açik Hava Tiyatrosu... ca devait être un grand moment, mais probablement jamais enregistré :(

Merci pour toutes tes précisions!

besson a dit…

Mais si Tom, il existe un enregistrement de Joan Baez chantant (a capella !) avec le public YIGIDIM ASLANIM. Achète l'album de Livaneli HAYATA DAIR : il contient un VCD où on trouve entre autres ce moment historique ! ...Et on dit quoi à son ami Besson ??

Tom a dit…

On dit merci!!! et on a hate de retourner a Istanbul acheter cet album!