mercredi, octobre 25, 2006

Les affinités électives

Une fois n'est pas coutume, faisons un petit tour en Europe de l'Est. Avoir vécu quelque mois en Hongrie ne me donne aucune expertise sur la question, mais j'aimerais quand même dire un mot de ce qui s'y passe depuis près d'un mois, notamment pour réagir à cet article du Figaro d'hier. D'après le journaliste Stéphane Kovacs, à priori d'origine hongroise, la police à violemment réprimée une manifestation pacifique de retraités, de femmes et d'enfants protestant contre un méchant gouvernement de gauche menteur. Il met entre guillement les déclarations de la police affirmant que de nombreux manifestants possédaient "des objets dangereux". Pourtant d'après la presse hongroise, de nombreuses personnes arrêtées possédaient des couteaux ou des barres de fer.


Là où on croit rèver, c'est quand le mot "extrême droite" n'est pas une seule fois prononcé. Rendons grâce à Libé et le Monde qui ont systématiquement dénoncé ces manifestants comme fascistes et ont donné la parole à des intellectuels hongrois écoeurés par la tendance toujours plus dure du FIDESZ. Or c'est bien de celà qui s'agit: une tentative de groupuscules fascisants et de hooligans de prendre Budapest en otage et de faire tomber un gouvernement démocratiquement élu par la force. Le parti FIDESZ deViktor Orban a fait sa campagne en Avril 2006 sur des thématiques populistes et nationalistes. Des amis juifs du Budapest s'inquiétaient de relents d'antisémitisme. Hier, un groupe de "motards nationalistes" défilaient: sur leur dos, l'inscription "Motard Goy" (non juif). Charmant. La magnifique Synaguogue de la rue Dohany a été caillassée par des Skinheads. Ces manifestants injustement réprimés par la police brandissent des drapeaux à rayure rouge et blanches, ceux du régime nazi hongrois, interdits par la loi. Ils sont partisans de la "grande hongrie" avec des vues sur la Roumanie, la Slovaquie, la Serbie et la Croatie.

Ces manifestants, qui se sont déja signalés en occupant la place du parlement et en envahissant la télévision publique (les personnes arrêtées sont déja considérées comme "prisonniers politiques"), sont tout sauf "pacifiques" et "démocratiques", et constituent un danger pour la démocratie hongroise. La minable "solidarité" de droite montrée par le président du Parti Populaire Européen Wilfried Mertens, qui a encouragé les manifestants, et par le président de la commission européenne Barroso, qui a reçu le sinistre Viktor Orban, est tout simplement affligeante. Comme si toute protestation de droit était bonne à prendre. J'espère simplement qu'il s'agit d'un manque d'information. Rappelons tout de même que le PS français a soutenu Laurent Gbagbo, nominalement socialiste, pendant des années, la connerie et la mauvaise foi n'ont pas de camp.

La tentative de coup de force des fascistes et populistes hongrois est une mauvaise caricature des "révolutions" qui ont secoué la Serbie, la Georgie et l'Ukraine. Les Skinheads qui ont envahi la télévision publique arguent de leur "droits démocratiques" à le faire, la droite hurle quand des femmes et des retraités sont touchés par les gazs lacrymogènes, sans relever le fait que manifester avec des Skins comporte quelques risques assez prévisibles. La position d'Orban serait presque touchante du puérilité: il demande la démission d'un gouvernement élu il y a 6 mois, sans préciser ce qu'il souhaite: le pouvoir, même sans majorité à la chambre. Il n'accepte toujours pas d'avoir été battu en 2002 et en 2006, comme si la démocratie ne fonctionnait que quand elle lui donne raison.

Image Hosted by ImageShack.us

En Bulgarie un parti fasciste, Akala, fait campagne sur l'interdiction du parti de la minorité turque, l'interdiction des langues minoritaires. En Pologne des jumeaux antisémites et homophobes dirigent le pays, en Slovaquie l'extrême droite rentre au gouvernement, en Russie...pas la peine d'en parler. En France, rien ne pousse à l'optimisme, vu le profil de plus en plus inquiétant de notre Hongrois à nous.


1 commentaire:

anne a dit…

Tu remets les pendules à l'heure Tom! L'UE est en pleine crise d'identité. On a intégré à toute allure les ex pays de l'Est, trop persuadés d'une "culture européenne commune" (chrétienne peut-être?). Mais qui n'avaient aucune vraie tradition démocratique.
Alors que la Turquie malgré ses dérives autoritaire est toujours restée ancrée à l'Ouest, et surtout a toujours eu de forts courants démocrates en son sein. Les socialo français feraient bien d'être un peu moins presbytes.



Qu'est-ce qu'il leur prend au Figaro? Il y avait déjà eu la lettre injurieuse de ce petit "prof de philo" (pas envie de chercher son nom)qui flairait le coup médiatique et le coup de pub pour le copain dont personne n'achetait le dernier bouquin.
Faut pas gêner un "Hongrois" national peut-être?