jeudi, octobre 18, 2007

Il y a 12 ans

Le 20 mars 1995, à la veille du Newroz, l'armée turque lançait une grande opération transfrontalière contre les camps du PKK en "Irak du Nord". Objectif avoué: écraser les camps du PKK pour empêcher la guerrilla de lancer des opérations contre la Turquie.

La première ministre Tansu Ciller, en réponse aux protestations occidentales justifiait cette action comme "une opération militaire ponctuelle dans le nord de l'Irak afin de neutraliser les camps du PKK dans cette région frontalière, et donc protéger les populations innocentes contre les raid du PKK à partir des camps situés en territoire irakien."


A l'époque, Chris Kutschera parle de "Telethon" organisé par les medias turcs pour aider financièrement l'armée (premier groupe économique du pays).

Le commandant en chef de l'offensive Hasan Kundakci affirmait lui sans rire "Je ne resterai pas en paix dans ma tombe si je meurs avant l'éradication du PKK!" (Milliyet, le 22 mars 1995)". Détail plus que rigolo, Hasan Kundakci est maintenant lié aux groupuscules nationalistes qui visent à éliminer les "ennemis de la race" comme Hrant Dink. On espère en tous cas, pour son repos éternel, qu'il pourra encore jouire longtemps d'une bonne santé.

Après 2 semaines de combats, les 35 000 soldats turcs avaient réussi à tuer 200 guerilleros...Le 2 Mai, l'armée parlait de "Succès total" (on savoure, 12 ans plus tard), et annonçait 555 PKK tués pour 61 soldats. Öcalan répliquait "Même pas vrai, c'est le contraire" et demandait un cessez le feu le 23 mai.

Le 14 mai 1997, 50 000 hommes, appuyés par les blindés et l'aviation, envahissaient une nouvelle fois le Kurdistan Irakien, provoquant selon les sources militaires, la mort de 2500 PKK. Le problème, c'est que le PKK avait fait mieux que se défendre, abattant des hélicoptères de combat

"La reconnaissance par les autorités que des missiles kurdes SA-7 avaient abattu deux hélicoptères, Cougar et Cobra, a ébranlé les forces armées d'élite turques et déclenché une déplaisante série de reproches. Est également apparu le spectre d'un humiliant retrait devant une confrontation directe avec le PKK, réminiscence du retrait soviétique d'Afghanistan une fois que les missiles Stinger de fabrication américaine ont permis aux Mujaheddin de disputer aux Russes le contrôle aérien", soulignait Reuters

Les militaires turcs sont probablement méchants, mais certainement loin d'être bêtes. Ils savent très bien qu'une énième opération massive en Irak n'apportera aucun résultat concrèt militairement. Le gouvernement sait très bien qu'en tentant de négocier avec Bagdad, il ne fait qu'un simulacre de diplomatie. Seule solution: dialoguer avec l'administration kurde, lui offrir des garanties, reconnaître l'existence de la région fédérale kurde, arrêter de brandir les sanctions économiques... Si l'administration kurde se voit garantir un rôle de partenaire économique de la Turquie ne vivant pas sous une menace constante, elle sera peut être plus disposée à agir contr le PKK.

On est donc plongé dans une magnifique opération de relations publiques, afin de mobiliser une opinion publique turque visiblement amnésique, et tuer dans l'oeuf tout espoir de réconciliation. Le DTP, qui a voté hier contre l'intervention (19 voix contre) est d'ores et déjà inaudible et marginalisé. Tant par l'entêtement du pouvoir turc que par le coup de couteau dans le dos donné par le PKK : les attaques contre l'armée sont allées croissant depuis les élections du 22 juillet et la modeste vague d'espoir provoquées par les tentatives de normalisation du DTP...


11 commentaires:

dilo a dit…

Tom:"...Si l'administration kurde se voit garantir un rôle de partenaire économique de la Turquie ne vivant pas sous une menace constante, elle sera peut être plus disposée à agir contr le PKK...".

Sans un changement global de la politique kurde de la Turquie,donc au Kurdistan nord et sud,je vois mal le GRK prendre une quelconque mesure contre le PKK pour faire plaisir aux Turcs.Elle serait incompréhensible pour beaucoup de Kurdes et lourde de conséquences.

Un responsable Kurde disait encore tout à l'heure que le GRK ne devait pas écouter la Turquie qui appelle les Kurdes et les Iraquiens à agir contre le PKK car,selon lui,et il a raison à mon sens,la demande turque n'a d'autre objectif que de diviser les Kurdes et,finalement,de les remonter les uns contre les autres...Diviser pour mieux régner,un piège dans lequel les Kurdes se sont souvent jetés pour le plus grand bonheur de nos adorables voisins.Et ça ne date pas d'hier,Ahmedê Xanê le dénonçait déjà à son époque!

Piling a dit…

De toute façon je ne vois pas ce qu'ils peuvent faire à Qandil. ça fait des années que le PKK emmerde tout le monde là-bas, et empêche les villageois (qu'ils ont pas mal terrorisés et rackettés dans le temps) de revenir à une vie totalement sécurisée. Nêçirvan a raison quand il dit que le PKK, c'est un problème pour tout le monde; plus personne ne sait quoi en faire, c'est comme les armées palestiniennes dans les années 80, la patate chaude du Moyen-Orient... tout le monde espére qu'il aille chez le voisin !

Mais il est évident que le GRK n'agira jamais contre eux pour le compte des Turcs. Tout ce qu'il peut faire, c'est recycler dans ses forces les "fugitifs" ou permettrent à ceux qui sont plus ou moins démobilisés de retourner à la vie civile. Mais Erbil doit sûrement souhaiter que le PKK se casse une bonne fois pour toute, en Iran ou en Turquie, au lieu de fournir sur un plateau à Ankara les prétextes aux incursions turques.

Jacky a dit…

Dans la série des progrès démocratiques de la Turquie envers les Kurdes et de la chance manquée de faire la paix à cause du PKK, on peut citer le procès de Osman Baydemir aussi.

Le procureur demande 5 ans de prison contre lui parce qu'il a commis le crime de dire "opposition armée kurde"... à Londres et 7 ans et demi pour un autre truc. Donc, il risque jusqu'à 12 ans et demi de prison en tout. Et ce n'est que le second procès...

C'est cela la liberté démocratique d'opinion en Turquie, même quand le "crime" est commis hors frontières.

Je passe sur les textes à gerber de certains intellectuels bobo style Cengiz Çandar (catégrorisé démocrate-turc-dont-on-peut-attendre-beaucoup)
qui se lance ad nauseam dans des discours sur ces pauvres mehmetcik innocents que l'on envoie sur la frontière. Pour le coup, ça vaut BHL qui comparait les braves soldats de Tsahal envoyés au Liban aux "républicains espagnols" alors que les pertes civiles libanaises ne se comptaient plus.
Donc, de ce point de vue, ils peuvent concourir dans la même catégorie des énormités.

L'ironie dans tout cela, c'est que je me souviens avoir lu que Baydemir n'était pas assimilable à un fana du PKK en outre.

Donc, Sebahat Tuncel bientôt en taule, Osman Baydemir bientôt en taule, (Baskın Oran pour les minorités), des attaques fascistes contre le siège du DTP, des actions qui sentent les özel tim contre un bus à Şırnak (je crois qu'on peut dire que pour l'heure personne ne croit plus au PKK), des tas de violences quotidiennens qui n'existent pas parce qu'elles n'apparaissent pas dans la presse,...

C'est pas trop mal le bilan des progrès démocratiques de la Turquie sur même pas deux mois.

Il faut être doté d'une foi inébranlable pour croire à un règlement démocratique de la question kurde avec les cartes "Turquie" et "kémalisme".
C'est presque aussi sensé que d'attendre des gestes de bonne volonté d'un régime mussolinien.

Tom a dit…

Je suis d'accord que rien de bon ne viendra du Kémalisme.

Par contre pour Cengiz Candar: il dit que l'opération en Irak serait une connerie et que la repression armée ne sert à rien puisqu'elle coûte des vies des deux côtés sans résultat. Il dit aussi qu'une guerre totale ne ferait que remplir les objectifs du PKK et des extrémistes turcs. Je suis parfaitement d'accord. Jacky, pas la peine de mettre tous les conscrits turcs dans le même sac: certains sont des abrutis très content de tuer du kurde, d'autres ont juste été tiré au sort et n'ont RIEN demandé. Perso quand mes amis turcs d'Istanbul partaient en Askerlik, je les voyais vert de trouille à l'idée d'aller dans le sud-est. Mon grand père a fait son service en Algérie: il était bon à tuer comme force occupante, et interdit de pleurer sur lui et de regretter qu'on envoie un jeune breton faire une guerre injuste et inutile?

Faut arrêter un peu...

Jacky a dit…

Là-dessus, il faut relire les textes de l'époque de Sartre par exemple ou comprendre les arguments du mouvement anti-guerre états-unien sur le Viet Nam et actuellement sur l'Irak. Ils avaient au moins l'intelligence de ne pas tomber dans la diabolisation de "l'ennemi", ce que ne font pas Ahmet İnsel, Cengiz Çandar ou Baskın Oran. Le responsable c'est le gouvernement et sa politique de règlement par la force. C'est lui qui tue et son essence c'est le kémalisme. Le jour où on pourra dire Mustafa Kemal Atatürk, finalement, c'était un gros con et je m'en fous de ses "6 flèches", on aura fait un pas.

Je n'oublie pas que même des Kurdes sont parmi les conscrits et même que les autres sont plus bêtes que méchants mais ce n'est pas avec cette logique du méchant barbare bon à tuer de toutes façons, que l'on trouvera une solution par le haut.

kece kurdan a dit…

Tom d'accord avec Cengiz Candar? M'étonne pas du tout... Quand j'ai lu le papier chiffon, j'ai cru que c'était toi qui en était l'auteur... Sans déconner en plus!!

Tom a dit…

Ouais enfin Jacky, Sartre comme caution morale ou géopolitique, c'est léger non? Sa préface au bouquin de Franz Fannon m'a foutu une belle gerbe... le réformé du service bigleux aux pieds plats qui se réjouit de la mort des jeunes envoyés la bas, c'est grotesque.

Keçi Kurdan, si un jour tu crois me lire dans Serxwebun (mais il faut que j'améliore mon turc)la tu pourras t'inquiéter

Jacky a dit…

Gerbant ?

Cela peut s'expliquer par une certaine intériorisation que la violence ne peut être qu'à sens unique.

baran1007 a dit…

Bonsoir à tous.
Tom, peux-tu me répondre sincèrement!!! Pour toi entre le PKK et l'Etat turc lequel fait régner la terreur??? Essaie d'être objectif et aie bien en tête la situation des Kurdes. Ensuite on pouura longuement débattre de tout ce que tu veux.

baran1007 a dit…

Tom, réponds moi franchement!!! A ton avis qui fait régner la TERREUR, le PKK ou l'Etat turc avec la négation et la politique d'extermination des Kurdes??? Les médias turcs et ses parasites (ses journalistes qui tels des vampires crachent la haine et exhaltent le fascisme qui, enragé, s'en prend à toute présence Kurde)ne font-ils pas régner la Terreur. Je te conseille vivement de lire quelques livres écrits par Monsieur ÖCALAN et tu verras que c'est l'idéologie démocratique et la volonté de changer les mentalités qui dérange.

Tom a dit…

Entendu, je vais aller lire quelques livres d'Öcalan

On se reparle dans 2 ou 3 ans, le temps de digérer ces pépites de philosophie!