mercredi, juillet 04, 2007

Procès des assassins de Hrant Dink (suite)


C'est amusant ce recours quasiment systématique des ultranationalistes turcs à l'obscénité et à la violence physique. Pour un peu, on pourrait penser que leur cause n'est pas si juste et qu'ils ne sont pas si sûrs de la force de leur argumentation implacable face au simple bon sens.

L'avocat de Yasin Hayal a agoni d'injures Cengiz Candar (enseignant et journaliste progressiste), le traitant de "serviteur de Bruxelles". Du coup, bagarre. Ca commence bien. Un avocat (le même) s'est adressé à la famille Dink en les traitant de "Batards d'Arméniens". La famille de Hrant Dink a été conspuée par les courageux militants du BBP à l'entrée du tribunal. Comme le dit Ismet Berkan, pour ces gens là, ce sont les victimes qui sont les coupables: femme d'un mari assassiné, filles d'un père assassiné, ce sont elles qui sont coupable de trahison. Cette logique n'a rien de neuf: essayez de parler avec certains turcs des dizaines de milliers de réfugiés politiques en Europe. Pas de doute, ce sont des traîtres. Ils donnent une mauvaise image de la Turquie en faisant des demandes d'asile injustifiées, d'ailleurs il n'y aucune raison de demander l'asile quand on est turc, il n'y a pas de réfugiés, juste des migrants économiques qui donnent une mauvaise image de la Turquie, d'ailleurs ces réfugiés kurdes ne sont même pas kurdes ce sont des turcs qui se font passer pour des kurdes, alors hein.

Bref je m'égare. Erhan Tuncel, informateur de la police de Trabzon, n'est pas du tout, mais alors pas du tout content du rôle qu'on lui fait jouer. Se sentant proprement lâché par ses supérieurs, il les charge à mort, les accusant d'avoir ignoré ses multiples rapports les prévenant de l'assassinat imminent de Dink. Yasin Hayal est dégouté, et accuse Tuncel d'avoir planifié le crime revenant sur ses propres déclarations.

(Yasin Hayal, visage du patriotisme héroïque)

Le police semble décidée à étouffer l'affaire. Les caméras de surveillance qui ont filmé la scène ont été récupérées par la police dans la journée du meurtre, et les bandes de la matinée effacées. Les noms cités par Tuncel (8 personnes des renseignements) n'ont pas été inscrite par le greffe, malgré les protestations des avocats de la famille. Ajoutons que le procès est à Huit Clos, du fait de l'âge de Samast (ce qui n'a bien sûr pas du tout été planifié).

Le véritable enjeu n'est bien sûr par la condamnation des trois lampistes, mais bien la capacité ou la volonté de la justice de remonter la filière jusqu'aux véritables commanditaires. C'est ce qu'a demandé Rakel Dink lors d'une intervention émouvante qui devrait lui valoir une rapide inculpation au motif de l'article 301.

Verse 21:3 says "God wishes rightfullness and justice rather than sacrifices. Today, we see the babies who became murderers here; where is the darkness that created them?

The darkness I point to is not anyone unknown. You can find pieces of this darkness in Governorship, in Gendarmarie, in Armed Forces, in National Intelligence Agency, in Police, in Government, in Opposition Part, in parties that do not have a seat in the parliament, and even in the media and the non-governmental organizations. Their names, their positions are known. They continuously create murderers from babies and they do it to serve Turkey.

Un véritable scandale, n'est ce pas, ces allégations sans le moindre fondement?

Le procès reprendra.... le 1 er Octobre. La justice ayant accepté "d'élargir l'enquête". Il ne faudrait pas qu'un coup d'Etat malencontrueux vienne y mettre fin...

2 commentaires:

Iris Neva a dit…

commentaire off-topic: ca fait un moment que je suis ton blog. juste un truc: le lien sur ta memoire semble etre casse, pourtant j'amerais bien le regarder.

Tom a dit…

Bonjour Iris

Pour moi ça marche, pour d'autres aussi... étrange

contacte moi par email (dans mon profil) et je te l'envoie dès que je peux