lundi, juillet 16, 2007

Sombres scénarii


On peut difficilement accuser Cengiz Candar de ne pas s'y connaître en affaires "nord irakiennes". Dans le bain depuis la fin des années 70, il a été conseiller spécial du président Özal et a contribué aux premiers contacts entre la Turquie et les autorités kurdes en 1991.

Depuis 2003, il est le chantre du dialogue et entre la Turquie et le Kurdistan Irakien, et s'oppose à toute incursion militaire turque. Selon lui, l'avenir de la région passe par une collaboration soutenue entre la Turquie et le Kurdistan, et par un investissement massif dans une région au potentiel pétrolifère phénoménal.

Dans une interview donnée au TNA il n'écarte pas un coup de folie après les élections du 22 juillet, une intervention militaire prélude à un enlisement meurtrier et dangereux pour la Turquie. Pour lui, le véritable patriotisme est de s'élever contre cette catastrophe annoncée. Il compare même les responsables militaires actuels à ceux de la fin de l'Empire Ottoman, engagés dans les guerres balkaniques aboutissant à la perte de lambeaux entiers de l'Empire et causant des dizaine de milliers de morts lors de l'offensive caucasienne d'Enver Pasa au début de la première guerre mondiale: alors que tout semble indiquer qu'une intervention serait catastrophique, le délire nationaliste et l'utilisation du PKK dans les jeux de pouvoir à Ankara pourrait aboutir à une invasion.

Qu'en attendre? Cengiz Candar rappelle que les interventions des années 90 avaient l'aval des américains et voyaient les forces kurdes collaborer contre le PKK (impliqué dans la guerre civile PDK / UPK), ceci sans résultat notable puisque le PKK est toujours là.

Une intervention aujourd'hui verrait la Turquie se mettre au ban de la communauté internationale, s'opposer à ses alliés américains et se battre contre les peshmergas de l'UPK et du PDK. Un allié de poids cependant, l'Iran d'Ahmedinedjad. Dans les cerveaux embrumés de certains va-t-en-guerre souvent anti-tout-ce-qui bouge (kurde, arménien, grec, européen, américain, démocrate) croisés ici ou là sur le net, l'avenir de la Turquie passe par un rapprochement avec les peuples turcophones, en tournant le dos à l'Europe impérialiste qui ne rêve que de mettre la main sur les immenses ressources de la Turquie.

Oui, on en est encore là.






3 commentaires:

rüya a dit…

Pour Candar les américains ont raison quoi qu'ils fassent. Pour Candar un vrai patriote, c'est un turc au garde à vue devant les ricains.

Ton pb, c'est que tu effaces d'un revers de la main l'opinion de millions de turcs sous prétexte qu'elle ne t'agrée pas.

Tom a dit…

Ben je parle de ceux avec qui je suis d'accord et je critique ceux avec qui je ne suis pas d'accord. Je ne suis pas journaliste. Ceci est un blog. Subjectif. je sais que le concept est difficile à comprendre.

Donc Candar est un salaud de traitre je suppose, et le fait qu'il soit contre ton opinion en fait un valet des américains?

meh a dit…

Les Americains sont des connards, mais Candar dit vrai, et ton aussi. Espérons que la clique militaire n'ira pas aussi loin !